Lifting ou pas lifting ?

 In chirurgie esthétique

Quand le visage se relâche, la question mérite d’être posée. Mais, comme on peut le lire dans le magazine « Elle », on peut échapper au lifting si on s’y prend à l’avance, à partir de 40 ans. Injections d’acide hyaluronique et/ou de toxine botulique, traitements pour stimuler les fibres de soutien et limiter le relâchement… permettent de repousser l’échéance pour celles et ceux qui ne veulent pas d’une solution invasive. « Faire disparaître toutes les petites ridules rajeunit d’une manière générale, du coup, on a moins besoin de se faire opérer », confirme un chirurgien plasticien dans la revue. Il est d’ailleurs possible de combiner plusieurs traitements : soins faciaux,radiofréquence, injections, micro fils. Toutefois, ces solutions entraînent un coût et parfois, il vaut mieux une petite chirurgie bien faite, surtout à partir de 50 ans. Notons aussi que la jeunesse passe également par une belle allure ; or, la position de chacun peut changer au fil du temps à cause (notamment) d’une prise de poids et d’un manque de sport. Un conseil : « Bouger plus, prendre 5 minutes par heure pour faire un peu de ‘reset’ musculaire, marcher, s’étirer… ».

Sources : « Elle », édition de février 2018.

Derniers articles
lifting, Minilift et softlifting à Genève